Lady Scott Quintet | 05.09.2020 | 21h00

Saint-Chinian, Jardin du Cloître – 15 € / 10 €

Lady Scott, c’est une voix aux accents rétro, tantôt suave et tantôt rugissante. Cette petite Jazz Lady aux allures de Betty Boop réveille la nostalgie de la belle époque avec une relecture facétieuse des plus grandes chansons du répertoire old jazz.

Pour notre concert, Lady Scott Swing Trio partage l’affiche avec Daniel Huck, grand nom de la scène jazz, bien connu de ses talents de saxophoniste et de scatteur fou. Le concert prend une toute autre dimension et vous fait vivre une ambiance de cabaret swing.

Les musiciens:

Delphine Scotti – chant, washboard, trompette vocale
Frédéric Leger – contrebasse
Dano Haider – guitare
Daniel Huck – saxophone
et un pianiste invité

Historique

En 2011, Lady Scott enregistre « My Oldies », un premier disque qui rassemble des standards
 du jazz qui l’ont bercée et ont façonné sa voix. Puis en 2013, après plus d’une centaine de
 concerts en deux ans, elle continue sa relecture facétieuse et décalée des plus grandes 
chansons du répertoire old jazz avec un nouvel EP : « My Sweeties ». 
En 2015, après 4 années sur scène et sur les routes, en duo avec le guitariste multi-
instrumentiste Sylvain Briat qui a réalisé ses deux disques, Lady Scott prend le parti d’ouvrir le
champs des possibles : la volonté de s’entourer d’une véritable « Team Swing » avec une formule
plus acoustique qui ferait une meilleure place au washboard et à la voix, et doublée de choeurs
 masculins.
  L’aventure se poursuit donc en trio, en quartet puis en quintet, à la recherche d’un son plus
 organique, plus subtil et plus raffiné, en un mot: foncièrement Jazz. Dans ce nouveau live : des
cordes, des cuivres et des claquettes, sans oublier le washboard, joué aux balais par la Lady.
  Un Washboard musical, autrement dit une planche à laver le linge, pour jouer de la musique ; 
surprenant! Cet ancien ustensile de ménage s’est transformé en un instrument de percussion à
 l’époque du New Orleans et du blues.
  Le washboard de Lady Scott ? C’est une antiquité, une vraie de vraie planche à savonner, un 
objet de brocante qui l’accompagne aujourd’hui sous les feux de la rampe.